D'un vol obscur et clandestin, quand l'épaisse noirceur de la nuit dilue son encre dans les brouillards

d'un petit matin nauséeux, un appareil vint traverser le ciel de mon espace tout bleu où, encore noyé de sommeil,

j'observais les signes que les songes laissaient flotter devant mes yeux sous le loup soyeux des paupières...

Alors dans un éclaboussement tout devint pourpre en un instant. Plus de nuit ni de brume folle et

finit les images du rêve...

J'étais plongé parmi un temps de colère, de ruine et de sang qui ne s'achéverait c'est certain qu'avec l'oubli,

l'or et le rire de l'irascible divinité de l'astre d'un jour permanent.